Le hasard avec un grand D

Vendredi nous avons donc rencontré une psychologue. Nous nous sommes sentis écoutés et compris pas comme l’autre taré rencontré début mai…

Néanmoins ce qu’elle nous a proposé, une observation, ne me semblait pas forcément nécessaire.
A aucun moment elle ne nous a menti, les bilans dans le privé coutent cher. Mais nous arrivons à un moment où nous avons besoin d’aide, besoin de concret. Nous sommes dans une situation où bébé ours devient dangereux pour lui comme pour les autres et avec l’entrée à l’école en septembre il parait nécessaire de mettre quelque chose en place.
Ca évidemment je vous le dit après réflexion, mais vendredi soir j’étais contente du RDV bien que mitigée.

Lundi 18 mai 16h15 : le téléphone sonne. Je décroche. « Oui bonjour je suis la sécrétaire du Dr … au CRA (centre de ressource de l’autisme). J’ai un rdv qui vient d’être annulé est ce que vous voulez venir mercredi 20mai à 11h ? »
Evidemment je saute sur l’occasion. Déjà le CRA ne prend généralement pas de patient en primo consultation et de plus la moyenne d’attente avant un rdv est de 12 à 18 MOIS !!!!

Je ne crois pas au hasard tu le sais maintenant, ou alors au hasard avec un grand D…

Maintenant, il faut que je m’arrange avec ma chef. J’ai été beaucoup absente les derniers temps mais franchement je m’en fiche un peu, mes enfants sont et resterons ma priorité. Je travaille correctement, j’ai une conscience professionnelle mais mes enfants avant tout.
Je décide d’attendre le lendemain pour en parler de vive voix avec ma chef.

Mardi 19 mai 6h45 : le réveil sonne, je me retourne pour l’éteindre et une énorme douleur me lance dans tout le dos. Je me lève péniblement, m’occupe des enfants, emmène bébé ours chez sa tatie. Arrivée la bas je décide de rentrer chez moi. Je ne tiens plus j’ai trop mal. Le médecin m’arrêtera 2 jours.
Le hasard avec un grand D…

Mercredi 20mai : L’hôpital est glauque vraiment… Il me fait penser à ces vieux hôpitaux des années 70 où on y pratiquait toutes sortes de sévices aux déficients mentaux.
Le docteur a 30min de retard, j’en profite pour regarder sur internet la tête qu’elle a. Je découvre qu’elle a écrit des dizaines de livre sur la psychologie des enfants, elle est passé à la télé bref elle sait de quoi elle parle.
Bébé ours court partout, ouvre et ferme toutes les portes, allume et éteint les lumières. Comme à son habitude.

Le docteur nous aura reçus pendant 1h30. Elle as posés des questions à Ludovic (la première des 3 d’ailleurs…), elle a regardé toutes les vidéos, les photos. Elle l’a observé quand je le prenais dans les bras pour le calmer. Il a fait plusieurs crises. Il a démonté son bureau. Il lui a même jeté un jouet à la figure. Il m’a tapé plusieurs fois. Il a ouvert et fermé tous les tiroirs, il a grimpé sur tout.

1h30 ou elle a tout observé.

Et puis elle a conclu. Elle m’a parlé d’Asperger, qu’il a quelques traits mais qu’à priori ce serait plutôt léger. Qu’il parait nécessaire de nous aider. Qu’éventuellement elle va nous proposer une prise en charge au CRA mais que les délais seraient longs.

Je sais que ce n’est que le début. Mais d’avoir enfin trouvé quelqu’un qui ne dénigre ni ne minimise la difficulté qu’on traverse ça fait vraiment du bien !!!

Le hasard avec un grand D….

Un rendez-vous tant attendu…

Comme tu le sais aujourd’hui j’avais rendez-vous avec une professionnelle qui devait m’aider avec Ludovic. Mon mari nous a accompagnés.

J’attendais ce rdv depuis longtemps, je le voyais comme un espoir pour nous. Quelqu’un qui allait nous aider dans notre enfer quotidien.

J’ai eu rdv avec la personne qui s’est occupé de moi lors de mon burn out en 2013. Burn out que je pense totalement dû aux soucis de mon fils soit dit en passant.
Je pensais que c’était une bonne chose et j’avais tort.

Arrivés sur place je me sens gênée. Je pressens quelque chose.
Je ne sais pas si tu crois à ce genre de chose mais j’ai une espèce de 6ème sens. Je pressens certains trucs.
Je dis à mon mari que je le sens mal. Il tente de me rassurer.

La psy vient nous chercher et nous la suivons dans son bureau.
Elle : – qu’est ce qui vous amène?
Moi : – voilà j’ai contacté le centre de ressources de l’autisme. Ils souhaitent qu’on se voient car il ne prennent personne en direct.
Elle : *grands yeux écarquillés
Dans ma tête je sais, j’ai compris…

La conversation continue elle me demande les symptômes. Je lui parle de tout, des vidéos, des crises, des hurlements, du quotidien difficile, de la frustration difficile etc…

Elle : – oui mais ça se sont des réactions d’un enfant de son âge. Vous êtes allé chercher des informations sur Internet vous. Regardez le il est totalement avec nous.
Vous par contre vous avez l’air fatiguée et à bout. Vous avez arrêté votre traitement?

Je commence à pleurer. Elle en profite pour me dire que « vous voyez vous n’allez pas bien ».
Moi : « bien sûr que je ne vais pas bien. Le quotidien est invivable. J’en viens à me dire que ça serait mieux qu’un des 2 ne soit jamais arrivé c’est horrible mince ».

Elle : – monsieur vous en pensez quoi?
Lui : – je pense qu’il se passe quelque chose d’anormal. Il a des réactions violentes.
Elle : – quel genre?
Moi : – il a poussé mon neveu dans les escaliers.
Elle : – il a été blessé? Quel genre de blessures?
Moi : – écorché sur le visage
Elle : – rien de grave donc? Mais oui mais aussi si vous ne mettez pas de barrières dans vos escaliers.
Moi : – je ne vais pas mettre de barrières dehors.
Dans ma tête : faut il qu’il ai tué quelqu’un pour qu’on m’écoute? Mais merde ça ne me fait pas plaisir d’être la devant toi à te dire que mon fils a un soucis tu crois pas que je voudrais être ailleurs??.

Ensuite elle a fait le bilan du temps que je passe avec lui, de la manière dont il se lève le matin (non je ne vais jamais le chercher dans son lit et oui je préfère qu’il se lève quand il entend la télé il est de meilleure composition et c’est pas toi qui supporte ses hurlements).
Elle m’a dit que je ne passait pas assez de temps avec lui, qu’il est vif mais qu’il fallait de la poigne, que je devais le punir ( genre je ne le fait pas…), que vraiment je n’était pas bien (un petit tour en psychiatrie non??).

Ludovic a bien tenté une crise. Il l’a réussie d’ailleurs. Mais elle a simplement haussée la voix en lui disant « tu n’est qu’un bébé ». (pour la valorisation on reviendra).

Voilà.
Vous savez presque tout. J’ai zappé quelques petits détails sans importance.

Je suis épuisée des médecins tout puissant.
Non vous ne savez pas mieux qu’une maman qui vient vous demander de l’aide.

Les bulles de savon pour calmer la colère

bulles savon

En ce moment avec bébé ours je suis à l’affut de tout ce qui pourrait l’aider à calmer ses colères et ses frustrations.

J’ai déjà testé plusieurs choses dont vous trouverez plein d’infos en cherchant sous google :

  • Le coussin de la colère (taper dans un coussin pour évacuer)
  • Les dessins (gribouiller pour évacuer)
  • Le tableau des émotions (l’enfant doit montrer une émotion qu’il ressent)
  • Le talisman de la colère (un objet aux pouvoirs magiques qui prend la colère)
  • Le moulin à vent (pour l’orienter vers quelque chose qui tourne)
  • La balle de la colère (jeter une balle pour évacuer – fonctionne un peu ceci dit)
  • Et bien sur tout ce qui tourne autour de la communication non violente.

Hors mis la balle de la colère qui fonctionne un peu surtout après la contention, les autres éventualités il n’a pas du tout accroché.

J’ai lu un article (que je ne retrouve plus je dois l’avouer sinon je mettrai bien volontiers le lien) qui propose d’utiliser les bulles de savons pour apprendre aux enfants à se concentrer sur leur souffle.
Cet article était plutôt orienté yoga pour enfant mais je me suis dit que je pourrais essayer, après tout un tube de bulle coute 0.50€ …

Le principe est simple : pour faire une bulle de savon il faut que l’enfant ait un souffle calme et posé sinon le bulle explosera trop vite. L’enfant doit donc se contrôler et être plutôt calme.

Donc vendredi soir j’ai acheté mon petit tube de bulle.

Dimanche grosse colère, se met en danger, devient violent.
Je monte avec lui dans la maison, sors le tube de bulle et commence à en faire.
La colère s’arrête nette ! Il les regarde et essaye de les faire exploser.
Au bout de 2-3 fois il se souvient qu’il était en colère donc recommence à hurler quelques secondes à peine et il se ré oriente naturellement vers les bulles.

Ensuite il réclame de pouvoir en faire.
Là j’ai d’abord refusé car il voulait tenir le tube et je savais qu’il en mettrait partout. Je lui ai juste laissé le rond pour faire les bulles. Il a d’abord soufflé trop fort faisant exploser les bulles trop vite. Frustré il a entrepris de recommencer à crier. Mais comme il était plus réceptif j’ai pu lui expliquer qu’il fallait souffler moins fort.

Il voulait absolument le tubes avec le liquide alors au final je lui ai laissé. Après tout le coup n’est pas si important et on peut même en faire soit même !!! Je lui ai donné tout en lui expliquant que s’il le renversait il ne pourrait plus faire de bulles.

A chaque bulle réussie je le félicitai de sa réussite. On peut aussi applaudir mais avec petit ours les applaudissements ne font que le stresser d’avantage (le bruit, le manque de confiance en lui…)

Au bout de 2-3 fois la colère était complètement finie et il a pu redescendre tranquillement jouer avec les enfants.

Si toi aussi tu galère à gérer la colère et la frustration de tes enfants essayent les bulles et vient me dire ce que tu en penses !!

Madeline

Outils pour dyspraxique et autres enfants maladroits : la tasse d’apprentissage avent

image

Salut salut lecteur!!

Après un nombre incalculable de verres renversés et cassés ma soeur qui prend soin de mon intérieur et de ma vaisselle m’a parlé de cette tasse.

Après quelques semaines d’utilisation je suis plus que convaincue et je décide de vous la faire découvrir!

Le principe :
Une tasse avec des anses sur les côtés pour permettre aux plus petits de l’attraper facilement.
La tasse est totalement étanche.
En appuyant ses lèvres sur la partie haute (comme pour boire avec un verre), celle ci s’abaisse laissant couler l’eau.

Les avantages :
Pas de risque de fuites!
En cas de chute ça ne coule pas!

Les inconvénients :
Le design avec les anses fait un peu bébé pour mon 6ans.
Lorsque les plus petits ont compris le système ça les amuse de faire exprès de faire couler l’eau.

Le prix :
Entre 10 et 15 euros en fonction du site.
Et moi j’ai payé le mien 2euros en brocante!

Je suis une mère espoir

Il y a quelques mois j’ai revêtu cette double casquette.
Parfois il faut gérer, parfois c’est compliqué, parfois ça me déprime.

Mais il faut bien avouer qu’on s’en sort. Tout s’est déroulé comme sur des roulettes. Du diagnostic jusqu’à la prise en charge. Du congés parental jusqu’au taxi. De l’ald jusqu’à la reconnaissance handicapé.
Le timing était juste parfait mais tu sais si tu lis mon blog depuis quelques temps que je ne crois pas au hasard.

Aujourd’hui je m’apprête à revêtir une 2ème casquette de mère courage.
Je l’ai déjà évoqué sur la page Facebook sans rentrer dans les détails.
Ça me prend aux tripes. Il faut que j’en parle.

Je savais. Mieux que quiconque. Mon grand avait un soucis. Personne ne m’a écoutée. Maintenant il est reconnu dyspraxique.

Je savais. Mieux que quiconque. Mon bébé aussi a un problème. Sauf que là tout le monde me croit. Ça se voit comme le nez au milieu de la figure.

Je dis mon bébé mais il va avoir 3ans quand même…
3ans que je serre les dents.
3ans que je me met des oeillères.
3ans que je veux ignorer délibérément.

Et pourtant NON. Il se passe quelque chose avec lui.
Mon hospitalisation, mon burn out ne sont pas les fruits du hasard.
C’était déjà un appel à l’aide de mon subconscient qui disait au reste du monde « il se passe un truc faites gaffe ».
Ben oui après tout vous trouvez ça normal un bébé qui se retourne ventre-dos à 27jours. 27jours.……

2ans après ou j’en suis?
J’ai enlevé mes oeillères. Ça fait mal. Mais il faut se rendre à l’évidence on a besoin d’aide. Il a besoin d’aide.
J’ai appelé le centre de ressource de l’autisme (le CRA) on a longuement parlé de mon fils. De ces « symptômes » qui me font douter.
J’ai rendez-vous le 5mai avec une neuro-pédiatre. Et comme il n’y a pas de hasard dans la vie, j’ai rendez-vous avec la personne qui nous avait suivi lors de mon burn-out.

Je n’ai plus envie de faire semblant. Être une mère courage ou espoir comme vous préférez c’est dur.
C’est stressant, angoissant. Ça demande une organisation continue. Ça demande une force de caractère. Il faut pouvoir encaisser les remarques déplacées des inconnus (mais comment vous faites pour le supporter? – C’est vraiment un sale gosse… – tu ne va quand-même pas faire un 3ème??)

Vont ils avoir une vie normale? se marier? avoir un emploi? Des enfants?

Mère courage, et je sais que beaucoup qui me lise le sont aussi, ça demande beaucoup de courage et d’espoir pour pouvoir dire « ya pire il pourrait trisomique, ou avoir un cancer ». Alors qu’au fond de toi tu es rongée par le stress et qu’un tsunami vient de s’abattre sur ta vie.

Le meilleur cadeau que vous puissiez faire à un enfant différent c’est de le regarder avec les mêmes yeux que vous regardez les autres enfants.

Le meilleur cadeau que vous puissiez faire à une mère courage c’est de ne pas avoir pitié d’elle. Elle ne cherche pas la pitié et n’a pas choisi d’avoir des enfants différents pour se faire mousser (tu as vu comme elle gère? elle a du courage. Je n’aurai pas supporté). ON A PAS CHOISI…

Chapeau bas les mères courage.

Madeline.

Une jolie bague pour mon anniversaire !!!

say it

Mon anniversaire arrive à pas de géant. (Bon ok il me reste 2mois mais quand même il faut anticiper).

Il y a quelques temps je suis tombée sur ce site : http://heidijhale.bigcartel.com/

Elle fait des bijoux magnifiques.
J’ai discuté avec la créatrice par mail. Ce sont des bijoux 100% argent totalement fait main (d’où le prix et le délai de 6 semaine de fabrication)

1prénom coûte 19$ soit 17.68€
J’ai choisi 2 prénoms et un anneau central soit 44$ + 10$ d’envoi. Ce qui fait un total d’environ 50€
Et si un jour j’ai un 3ème je pourrai racheter un prénom et un anneau central en plus !

Je suis très contente car les bagues ont l’air super sympas!
Je vous tiens au courant de quand je la recevrai…

Bienvenue chez les cornichons

Depuis quelques temps je te partage un peu ce que je vis avec ma petite famille.

On rigole avec papa boulet qui sers la purée avec la cuillère à trou :

10945669_412938438880595_632182901419600085_n

 

On compatis avec bébé ours qui ne gère pas sa frustration.
On espère avec petit ours que son dossier mdph sera accepté rapidement.
On se moque avec maman cornichon qui se plante entre la date d’anniv de couple en confondant avec l’ex.

 

Mais quand la page s’appelle « Le Mal de Mère » on s’attend à ce qu’on parle de dépression parental, dépression post partum, de burn-out.

J’ai réellement envie de vous parler de tout cela. Mais je ne peux décemment pas faire que ça… Sinon vous allez vous tirer une balle dans la tête je vous jure…

Alors je vous parle de ma vie, je vous partage mon quotidien de maman dans ma famille un peu (beaucoup) déjantée.
Entre un papa boulet et une maman cruchette on fait l’affaire?

J’ai envie de vous présenter ma famille : La famille Cornichon. On est tous un peu concons, un peu bêta un peu cornichon quoi.
J’ai envie de vous parler de moi et de vous faire rire avec mes conneries.

Du coup tu me retrouves maintenant sur Le facebook de la famille Cornichon !

 

Mais rassures toi; je ne change pas je deviens juste moins serieuse !